Aziz Chouaki's comment (E/F)

In Ariane Wyss’ work, lines, colors, volumes, all that within a unique « feuilleté », call forth the notion of stature.

Glaring signs of a process display on the overall canvas. Between minimalism of quite a flattering tendency and a profuse baroqueness, a very peculiar charm occurs.

The combination of both antique and post modern inspiration, supporting the bright grandness of the sign, confers to Ariane Wyss’ outlook a quite hybrid position in the contemporary pictorial landscape. The originality of the artist resides in the way she uses, as a sort of sensual compass, her personal mix of large and strong « à plats », something reminding us of cross stitching, and sometimes misused material. We therefore are confronted to a whole destructuration or more precisely to a dialogue, with the history of the great pictorial currents.

As the lyricism of watercolour subverts the certainties of the gouache, the canons of style suddenly appear « creolized ».
This deeply vernacular aspect that appeals to Africa, the Islands and the hyper urban induces a feeling of complicity and instant happiness.

Aziz Chouaki - novelist/theater playwright - Paris, october 2008
(translation C. Rouiai)


FRANCAIS

Des lignes, des couleurs, des volumes, tout cela en un même feuilleté, évoque la notion de stature, dans le travail d’Ariane Wyss.

Sur l’espace de la toile, se déroulent les signes patents d’une démarche. Entre un minimalisme d’un aloi tout patelin, et un baroque profus qui se tiennent par la main, l’alchimie opère un charme tout à fait singulier.
Recélant à la fois de l’antique et du post moderne, favorisant l’éclatante majesté du signe, le point de vue d’Ariane Wyss privilégie une posture très hybride dans le paysage pictural contemporain. Entre ‘à-plats’ larges et puissants, et quelque chose, parfois proche du point de croix, allant jusqu’au détournement de matériau, l’originalité réside dans la notion même du mix comme boussole sensuelle. Dès lors, c’est toute une déconstruction, plutôt un dialogue, avec l’histoire des grands courants picturaux, qui nous est donné à voir, sous forme de clins d’œil.
De même que le lyrisme de l’aquarelle subvertit les certitudes de la gouache, les canons de genre deviennent tout à coup créolisées.
C’est ce quelque chose de profondément vernaculaire, qui appelle l’Afrique, les îles, l’hyper urbain, qui provoque un sentiment de connivence et de bonheur immédiat .

Aziz Chouaki - romancier/dramaturge – Paris, octobre 2008


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire